« The semiotic turn in digital archives and libraries »

archivagenumerique2Parution de l’article :

« The semiotic turn in digital archives and libraries » de Peter Stockinger

in Les Cahiers du numérique
2015/1 (Vol. 11)/Lavoisier

L’archivage numérique des savoirs
Perspectives européennes

edited by Laurence Favier et Widad Mustafa El Hadi 

—- Pour consulter la présentation du numéro sur LCN, cliquez ici
—- Pour consulter la présentation du numéro sur CAIRN, cliquez ici.

Présentation du numéro

Les technologies numériques n’ont pas seulement fait évoluer les modes de diffusion des savoirs, elles ont aussi redéfini les contours de ceux-ci : les traces de la science en train de se faire (les carnets de recherche, les agendas d’événements) tout autant que les corpus et les données de la recherche font l’objet d’initiatives de diffusion et deviennent ainsi publiques et accessibles à tous. S’y ajoute l’édition des sources en sciences humaines et sociales que se partagent institutions scientifiques et patrimoniales faisant place tant à l’édition critique classique qu’aux commentaires des internautes et aux pratiques de crowdsourcing. Les savoirs constitués (évalués par les pairs) et publiés ne sont plus les seuls objets de diffusion et donc d’archivage.

L’archivage numérique des savoirs s’interroge sur les conséquences de la mise en ligne des savoirs. Les savoirs aujourd’hui produits sous forme nativement numérique coexistent avec des ressources patrimoniales numérisées dont le format original est constitué de papiers, de pellicules photos ou films, etc. Or la numérisation est un processus qui construit ou reconstruit des objets en les enrichissant, en les liant à d’autres grâce à la mise en réseau, en les situant dans des catalogues interconnectés, en les positionnant dans des espaces informationnels où ils ne peuvent plus être interprétés de manière isolée mais comme les noeuds d’un réseau sémantique. Plus encore, ces nouveaux objets numériques entrent en interaction avec le public et se transforment dans cette interaction faite de commentaires et de débats en ligne. Comment se construit un objet de connaissance à partir d’un ensemble de données numériques elles-mêmes parfois issues de documents non numériques ? Comment l’évaluation scientifique prend en compte ces évolutions ? Autant de questions auxquelles répondent les contributions rassemblées dans ce volume, en s’appuyant sur des travaux et projets européens.

Résumé de l’article

— Pour connaître le résumé et le plan de l’article, cliquez ici.

— Téléchargez l’article via le site de LCN, cliquez ici.

This article focuses on how to process the symbolic or the meaning of (digital) media data which the author considers as a potential cognitive resource. In his opinion, this data is to “undergo” more or less significant qualitative transformations in order to become relevant for a user or community of users. These qualitative transformations are performed through series of concrete operations such as the constitution and classification of relevant corpora of digital records, the description and indexing of records, the processing of digital data (segmentation, tagging, linking, montage, …), the (cultural, linguistic) versioning (commenting, translating, …) of given source records or again the (re-)publishing of digital records. These operations constitute what can be called the semiotic processing of (digital) media objects, corpora of (digital) media objects or again entire archives and libraries. They demonstrate practically and theoretically the well-known “from data to meta-data” or the “from (simple) information to (relevant) knowledge” problem – problem that obviously determines the effective use and also the future of digital archival knowledge.


Vous aimerez aussi...